Annonces

Cède 15ha prairies dans la Vallée du Loing (77)
Contact : 06.72.77.31.64
.....................................................

Nos formations
en 2016 !

Nous vous proposons quelques formations courtes, réunions d'informations ou stages pour tous type d'élevages.

Pour plus de renseignement, prenez contact avec nous.
Ou pour une pré-inscription, un bulletin est téléchargeable au lien suivant :
"Pré-inscription"
.....................................................

Note d'information relative à :

L'organisation de la fête de l'Aïd (département 77)
.....................................................

Message H5N1

Vous voudrez bien un point actualisé sur la situation sanitaire en matière d’influenza aviaire sur le site de la plateforme E.S.A. : http://www.plateforme-esa.fr/
.....................................................

Note d'information relative à :

Aides bovins allaitants - Aides bovins lait - Aides veaux sous la mère et aux veaux Bio
.....................................................

Bienvenue sur le site de la Maison de l'Elevage de l'Île-de-France...


Information Grippe Aviaire - 21 novembre 2016

Note de service sur l'augmentation du niveau de risque lié à la circulation d'influenza aviaire hautement pathogène dans la faune sauvage en Europe.

Renforcement des mesures de biosécurité pour lutter contre l'influenza aviaire dans les basses cours.

Des cas d'influenza aviaire hautement pathogène (H5N8) ont été détectés chez les oiseaux sauvages et dans des élevages commerciaux en Hongrie, en Pologne, en Allemagne, en Croatie, aux Pays Bas, au Danemark et également autour du lac de Constance, à la frontière entre la Suisse, l'Allemagne et l'Autriche. Le virus a également été détecté en Israël.

Cette situation a conduit l’administration à relever le niveau de risque pour la France tel que prévu par l'arrêté du 16 mars 2016 relatif aux niveaux du risque épizootique, en raison de l’infection de l’avifaune par un virus de l’influenza aviaire hautement pathogène et aux dispositifs associés de surveillance et de prévention chez les volailles et autres oiseaux captifs.

Ce niveau de risque était jusqu'à présent qualifié de « négligeable ». Il passe au niveau élevé sur les zones « à risque particulier » (zones humides) et modéré sur le reste du territoire métropolitain.

Les zones à « risque particulier » concernent 77 communes en Seine et Marne, situées dans la vallée de seine et, 9 communes dans le département des Yvelines et une commune dans le Val d’Oise.

En plus des mesures prévues dans l’arrêté du 16 mars 2016, d’autres mesures complémentaires dans la note de service de la DGAL du 18/11/2016, sont applicables dans les zones « à risque particulier » (niveau risque élevé).

Ces mesures sont les suivantes :
- claustration des volailles et autres oiseaux captifs ou leur protection par filet chez les élevages non commerciaux (particuliers)
- réduction des parcours de sorte que soit évitée la proximité des points d’eau naturels, cours d’eau ou mares.
- interdiction de rassemblements sur les zones à risque particulier, et interdiction de participation à des rassemblements pour les oiseaux provenant de ces zones.

Néanmoins il possible de demander des dérogations pour ces trois mesures.

Les mesures relatives à la faune sauvage sont les suivantes :
- lâchers de pigeons interdits depuis les zones à risque élevé vers les zones à risque modéré, ou des zones à risque modéré vers les zones à risque élevé.
- compétitions de pigeons voyageurs interdites
- interdiction de tout transport d'appelants pour la chasse au gibier d’eau vers ou issu de ces zones
- transport et lâcher de gibier à plumes depuis ou à destination d’un site de détention situé en zone à risque élevé interdits.

A ce jour, aucun épizootie, ni pandémie n’est à signaler. Ce sont des mesures préventives, destinées à limiter le risque de propagation.

Il est important de le rappeler dans tout discours vers le grand public.

Nous vous invitons à vous renseigner régulièrement sur l’évolution de la situation,
n’hésitez pas à contacter pour de plus amples renseignements :
Ahcène BOUKAÏBA : 01.64.79.30.12 - 06.86.49.96.20

Face à ce contexte sanitaire à risque, les principaux signes d’alerte qui doivent vous inciter à appeler votre vétérinaire, sont les suivants :
- Pour les petits élevages (- de 100 oiseaux) une augmentation inexpliquée de mortalité ou symptômes de maladie grave

Pour les autres élevages :
- Hausses de mortalité de plus de 4% ou plus basses mais continues
- Baisses de consommation de plus de 50% sur une journée ou plus de 25% par jour de la consommation d’eau ou d’aliment
- Chute de ponte de plus de 15% sur une journée ou plus de 5% par jour sur 3 jours consécutifs

Parmi les mesures de prévention préconisées :
- Limiter les contacts avec les oiseaux sauvages y compris via les sources de nourriture et d’abreuvement et les appelants
- Ne pas utiliser les eaux de surface pour le nettoyage des bâtiments et matériels d’élevage
- Abreuver et alimenter les volailles à l’intérieur des bâtiments
- Désinfecter matériel en contact avec d’autres élevages

Liste des communes situées dans la zone à risque particulier :
Seine et Marne : Avon, Baby, Balloy, Barbey, Bazoches les Bray, Bois le Roi, Bray sur Seine, la Brosse Montceaux, Cannes Ecluse, Chalautre la Petite, Chalmaison, Champagne sur Seine, Chartrettes, le Châtelet en Brie, Chatenay sur Seine, Courcelles en Bassée, Donnemarie Dontilly, Moret sur Loing et Orvanne, Egligny, Esmans, Everly, Fericy, Fontainbleau, Fontaine Fourches, Fontaine le Port, Forges, La Genevraye, Gouaix, La Grande Paroisse, Gravon, Grisy sur Seine, Gurcy le Châtel, Hericy, Hermé, Jaulnes, Jutigny, Laval en Brie, Livry sur Seine, Luisetaines, Machault, Marolles sur Seine, Melz sur Seine, Misy sur Yonne, Mons en Montois, Montereau Fault Yonne, Montigny le Guesdier, Montigny Lencoup, Montigny sur Loing, Mousseaux les Bray, Mouy sur Seine, Noyen sur Seine, les Ormes sur Voulzie, Paroy, Passy sur Seine, St Germain Laval, St Mammes, St Sauveur les Bray, Salins, Samois sur Seine, Samoreau, Sigy, Sivry Courtry, Soisy Bouy, Sourdun, Thenisy, Thomery, La Tombe, Varennes sur Seine, Vaux le Penil, Veneux les Sablons, Vernou la Celle sur Seine, Villenauxe la Petite, Ville St Jacques, Villiers sur Seine, Villuis, Vimpelles, Vulaines sur Seine. Yvelines : Bennecourt, Bonnières sur Seine, Freneuse, Gommecourt, Guernes, Mericourt, Moisson, Mousseaux sur Seine, Rolleboise. Val d’Oise : la Roche Guyon

Message F.C.O

Vous trouverez ci dessous le Communiqué de Presse de G.D.S. France
en collaboration avec nos partenaires sur la vaccination F.C.O.



Zonage en date du 10/11/2016.

1) Concernant la situation sanitaire :

22 nouveaux foyers de FCO ont été notifiés cette semaine, l'un d'entre eux, le foyer de la Meuse (55) entraînant une modification du zonage (les Ardennes sont désormais entièrement en zone réglementée - ZR- et l'Aisne (02) passe de Zone indemne -ZI- à ZR en totalité). Les autres foyers ne modifient pas le zonage : Ain (01) : 3 ; Allier (03) : 2 ; Haute-Loire (43) : 7 ; Puy de Dôme (63): 6 ; Rhône (69) : 1 ; Haute-Saône (70) : 1 ; Saône-et-Loire (71) :1. LE total est de 380 foyers.

Tous les foyers ont été détectés via le dépistage pour la mise en mouvement des bovins, aucun cas a été révélé par suspicion clinique ces deux dernières semaines. La surveillance des élevages sentinelles en pourtour de la frontière ZR/ZI est en cours.

Les mouvements d'animaux au départ de l'Île-de-France (exception communes indemne dans le département du Val d'Oise) vers les Ardennes et l'Aisne sont maintenant libres.




2) Concernant la vaccination : finis les priorités vaccinales et des changement sur les commandes ! : Les doses vaccinales étant à présent disponibles en quantité suffisante, il n'est plus nécessaire de définir des priorités vaccinales. Tous les animaux peuvent être vaccinés, quelque soit leur destination.

Les protocoles de vaccinations.
Trois laboratoires fournissaient des doses de vaccin à l’État : CZV , Mérial et Calier (ovins uniquement).

- Protocole de vaccination
Les vaccinations doivent être réalisées par le vétérinaire sanitaire pour permettre la certification de la vaccination et permettre la sortie de ZR que ce soit pour des mouvement nationaux ou des échanges.

- Protocole de vaccination volontaire
Elle peut être réalisée par l'éleveur mais n'est pas certifié par les vétérinaires sanitaires.


Mouvements à l'intérieur de la zone règlementée :
Les ruminants domestiques peuvent circuler librement au sein de la ZR. Le rassemblement de ces animaux est autorisé en ZR.

Conditions de sortie d'Île-de-France vers la zone indemne :
Les ruminants domestiques peuvent circuler librement au sein de la ZR. Le rassemblement de ces animaux est autorisé en ZR.
Les animaux ne peuvent aller de ZR vers ZI que dans le respect de l’une des quatre conditions suivantes :
1) ils ont été valablement vaccinés (le délai pour autoriser la sortie est de 10 jours après la seconde injection) Pour les ovins il convient de se référer strictement aux préconisations du fabricant ;
OU
2) préalablement à leur sortie de zone réglementée, ils ont été détenus durant la période saisonnièrement indemne de vecteurs de leur zone de provenance, pendant au moins 14 jours ET ils ont subi un dépistage PCR, au moins 14 jours après le début cette période, dont le résultat s’est avéré négatif au plus tôt 7 jours avant la date du mouvement ;
OU
3) préalablement à leur sortie de zone réglementée, ils ont été détenus durant la période saisonnièrement indemne de vecteurs de leur zone de provenance, pendant au moins 28 jours, ET, ils ont subi un test sérologique dirigé contre tous les sérotypes de la FCO, au moins 28 jours après le début cette période, dont le résultat s’est avéré négatif au plus tôt 7 jours avant la date du mouvement.
OU
4) Au départ de ZR : préalablement au mouvement, 14 jours de protection contre les vecteurs (désinsectisation) et dépistage PCR avec résultat négatif,au plus tôt 7 jours avant la date du mouvement, à la charge du détenteur
ET
- A l'arrivée en ZI : désinsectisation immédiate à l'arrivée + confinement selon les dispositions de l'annexe I pendant 14 jours puis dépistage PCR avec résultat négatif, à la charge du détenteur.
Dans tous les cas, les moyens de transport doivent être désinsectisés avant la sortie de ZR.
Les mouvements de ZR vers ZI sont égalements possibles sous respect des conditions dérogatoires décrites ci-après.
Après accord de la DDecPP, les 3 dernières dispositions peuvent s'appliquer également aux animaux d'espèces pour laquelles il n'y a pas de vaccin ayant un AMM.

Dérogation pour les jeunes animaux de moins de 70 jours (exemple veaux laitiers)
Par dérogation, les jeunes animaux (veaux, agneaux et chevreaux) de moins de 70 jours destinés à l’engraissement qui ne peuvent être engraissés au sein de leur zone peuvent être autorisés à quitter la ZR versla ZI sous réserve des conditions suivantes :
• l’ensemble des animaux du troupeau ne présentent pas de signes cliniques le jour du départ ET,
• les animaux et les moyens de transport sont désinsectisés ET,
• les animaux sont destinés uniquement à l’abattage sur le territoire national après une périoded’engraissement en bâtiments fermés et protégés contre les vecteurs ET,
• le bâtiment de destination a été désinsectisé avant l’arrivée des animaux.

Les conditions de confinement de ces jeunes animaux sont détaillées en annexe 1 (cf. modèle d'attestation annexe 4).
Le rassemblement de ces animaux est autorisé uniquement en ZR. Le transport doit être sans arrêt au sein de la ZI depuis la sortie de ZR jusqu'au site d'engraissement.

REGLES POUR L’EXPORT VERS L’ITALIE :
1. Animaux de plus de 90 jours :
Animaux vaccinés contre le serotype 8 l’animal est considéré vaccine s’il s’est ecoulé au moins 10 jours à partir de la seconde injection du vaccin.
2. Pour les animaux de moins de 90 jours, plusieurs protocoles existent prendre au contact auprès du GRDS ou de votre DDPP, de même que pour les conditions d’export vers d’autres pays.

Mise en place d’une surveillance entomologique sur le territoire continental.
-->mise en place début novembre

La mise en place d’une surveillance des vecteurs devrait permettre de déterminer une période d’inactivité vectorielle dite "saisonnièrement indemne", permettant de bénéficier de dérogations à l’interdiction de sortie des zones réglementées, telles que définies dans l’Instruction technique DGAL/SDSPA/2015-883 :
- soit période d’inactivité vectorielle déclarée depuis 14j au moins avec PCR nég ;
- soit période d’inactivité vectorielle déclarée depuis 28j au moins avec sérologie nég.
Le relevé des 49 pièges posés commencera le 16 novembre.

Pour plus d’information :
Site Internet du Ministère de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la Forêt :
http://agriculture.gouv.fr/alimentation/sante-protection-des-animaux
Site FCO-Info :
http://www.fcoinfo.fr/
Site de la Plateforme ESA :
http://plateforme-esa.fr/
Site de la Maison de l’Elevage de l’Ile de France :
http://www.elevageidf.fr/

La FCO rappel :
La fièvre catarrhale ovine (FCO) encore appelée « Bluetongue » (maladie de la langue bleue) est une maladie infectieuse d’origine virale affectant toutes les espèces de ruminants (ovins, bovins, caprins, ruminants sauvages). Elle présente la particularité d’être transmise par des insectes piqueurs hématophages, du genre Culicoïdes : moucherons vecteurs du virus de la fièvre catarrhale ovine.
La France est actuellement touchée par le sérotype 8 du virus. Les symptômes sont variables d’un animal à l’autre et d’une espèce à l’autre. Classiquement, seul le mouton exprime la maladie après infection.

Les principaux symptômes sont :
- Abattement, dépression, diminution de la production laitière, chute de l’appétit, anorexie, prostration, incapacité à se lever, perte de poids, respiration bruyante, hyperthermie.
- Raideur des membres, boiterie, œdèmes.
- Congestion du mufle, érosions/ulcères/croûtes sur le mufle ou muqueuse nasale, congestion/érosions/ulcères de la muqueuse buccale, œdème/cyanose de la langue, jetage nasal, hypersalivation, œdème de la face, conjonctivite, larmoiement.
- Congestion trayons, mamelle, érosions/ulcères/croûtes trayons, mamelle, vulve.
Cependant, quelle que soit l’espèce, l’un des impacts zootechniques majeurs de la FCO s’exprime au travers d’une perte de performance de la reproduction. La FCO augmente, d’une part, le risque d’infertilité chez le mâle et, d’autre part, perturbe la gestation (mortalité embryonnaire ou fœtale). La lutte contre cette maladie nécessite la plus grande vigilance.
Si vous constatez des symptômes, ou en cas de doute, contactez d’urgence votre vétérinaire.

...à suivre sur fcoinfo.fr

Déclaration de politique Qualité - Novembre 2016



© 2012 Maison de l’Élevage de l'Ile-de-France | Mentions légales | Nos partenaires